Disclaimer

This blog may contain not-so-strong languages and slightly strong ecchi pictures. Please proceed with caution.

Monday, 29 July 2013

French Connection-Korean Republic (FCKR)


English/Anglais: extract from wikipedia.org
France–South Korea relations (Hangul/Hanja/Romanization: 한불관계/韓佛關係/HanBul Gwan-gye) have spanned over a period from the 19th century to the present. The Embassy of the French Republic is located at 43-12 French Embassy Lane/France Daesagwan-gil, Off Seosomun Avenue/Seosomunno, Hapdong 30-beonji, Seoul Seodaemun-gu. Korean Republic has an embassy in 125 Rue de Grenelle, Quartier des Invalides, 7th Arrondissement of Paris, Île-de-France Region. According to a 2013 BBC World Service Poll, 64% of South Koreans view France's influence positively, with only 13% expressing a negative view. However, French views of South Korea are slightly negative, with 37% viewing South Korea positively and 47% viewing South Korea negatively.

Initial French involvement in the 19th century focused on facilitating and defending the spread of Catholic Christianity in Korea. The first French missionary to Korea, Father Philippe Maubant, arrived in the country in 1836. After that date, missionaries would continue to come to Korea from China, often at great risks. In September 1846, the French Admiral Jean-Baptiste Cécille sailed to Korea in order to obtain the release of an imprisoned Korean priest named Saint Andrew Kim Dae-geon, but Kim was soon executed. In 1847, after various involvements in Vietnam and Okinawa, Cécille again sailed to Korea to try to infiltrate some missionaries, but his ship ran aground and he had to be rescued by a British ship.

In 1866, reacting to greater numbers of Korean converts to Catholicism as well as the humiliations suffered by China at the hands of Westerners during the Opium Wars, the Korean court clamped down on the illicit French missionaries, massacring French Catholic missionaries and Koreans converts alike.

That same year France launched a punitive expedition against Korea, invading and occupying portions of Ganghwa Island, Incheon Metropole in the fall of 1866. At the first battle, the Korean infantry division lost heavily, and General Yang Heon-su concluded that only a large cavalry division could stand up to French firepower. An ambush by Korean forces on a French party attempting to occupy the strategically located Jeondeung Temple (전등사/傳燈寺) on the island‘s south coast resulted in French casualties. French realization that they were far outnumbered and outgunned forced them to abandon the island and their expedition. The entire incident later became known as the Byeong-in Yang-yo, or Byeongin French Invasion (1866).

France and Korea established their first official relations in 1886 after a Treaty of Friendship, Commerce and Navigation was signed between the two countries. In 1887, France sent its first official representative, Victor Collin de Plancy along with his translator, Maurice Courant. He [Courant] would later be known as the "father" of Korean studies in France. In France, the first records of a Korean living there permanently, Hong Jong-woo, who arrived there not too long after official relations were established. Arriving in Marseille in 1890, he will spend a few years working in France in a museum where he would be very helpful in establishing the first Korean Art and Culture section. Yet, it would not be until the 1900 Paris World's Fair/Exposition Universelle that Korea would be "introduced" to the French public.

Japan's invasion of Korea led to a break in Franco-Korean relations. For more than 40 years, from 1906 to 1949, France did not have a diplomatic representation in Korea. This was due, of course, to World War II and the few years that followed the end of the hostilities. Yet, despite the fact that the embassy was closed, this did not mean that relations ended altogether. In 1919, a delegation of the Korean government in exile was opened in Paris in 1919, which acted as the liaison between the two entities during those difficult years. In 1949, the embassy was officially re-opened and a new ambassador took office in Seoul. Unfortunately for him, he was taken prisoner and spent three years, from 1950 to 1953, in North Korea until he was released and granted a diplomatic post in a different country.

The Korean War was a turning point that helped strengthen relations between the two countries. Before that time, relations had always been more or less limited to a few individuals at the governmental level. The war introduced Korea to the French public as a whole, as the war raged on. From 1950 to 1953, 3,200 French soldiers assisted South Korea by taking part in the Korean War; 270 were killed.

Out of the Korean War came something positive nonetheless: an increase in cultural and economic links between the two countries. Indeed, while the history of South Korea would be quite charged for the following decades, the two countries still maintained normal diplomatic relations. 2002 was the first time that the number of French citizens present in South Korea surpassed the number seen during the Korean War, as 6,000 to 7,000 French citizens claimed residency in South Korea. In 2016, France and the Republic of Korea will celebrate the 130th anniversary of the first treaty signed between the two countries.

France and the Republic of Korea still maintain very good relations. They collaborate on many topics and issues that are facing the world today. This was seen especially on the question of North Korea, which is of course a matter of great importance for both countries. Besides bilateral cooperation, France and South Korea also work together in international organizations such as the United Nations, UNESCO, the OECD, etc.

On the matter of North Korea, France is one of the few European countries to not have official diplomatic relations with the DPRK. Also, France has supported the Six-party talks as well as the role of the IAEA in finding solutions to the nuclear issue.

Economic relations between the two nations are strong. French exports to South Korea were worth €2.6 billion in 2006, and France was the seventh largest investor in the Republic of Korea. South Korean exports to France during the same period were worth €4.1 billion. Cultural relations are enhanced by the presence of a French Cultural Centre in Korea, along with that of the Alliance française.

There are approximately 7,000 South Koreans living in France (excludes Korean French adoptees), and 2,000 French people living in South Korea. One of the most prominent Korean scholars of French literature was Kim Bong-gu (Born: 1922 - Died; 1991). The French government describes its relations with South Korea as "excellent".

In 2011, France returned to South Korea the many old books which had been looted in 1866 and these include the Uigwe/의궤, the Book of Royal Joseonese Rites. Under the agreement between Korea and France, France will loan the 297 books on a five-year basis to Korea, after which the loan will be automatically renewed continually.


French/Français: extract from the official site of French Embassy in Seoul
Jusqu’en 1886, il n’y a pas, à proprement parler, de relations franco-coréennes. Auparavant, les contacts sont en effet limités à quelques marins et missionnaires. Le premier missionnaire français en Corée est le Père Pierre MAUBANT (Nom en Coréen: Beom Se-hyeong/범세형), qui arrive en 1836. Les premiers missionnaires français venus de Chine, bravant l’interdiction faite aux étrangers d’entrer dans le « royaume ermite », sont systématiquement torturés et mis à mort (vagues de persécution en 1839, 1846 et 1866). En 1866, neuf missionnaires français sont exécutés en Corée sur ordre du Régent Heungseon-Daewongun, père du Empereur Gojong-Gwangmu. La Marine française lance alors une action de représailles limitées, ce qui était admis par le droit international de l’époque. Elle saisit sur l’île de Ganghwa, Incheon Métropole, 297 volumes d’archives du protocole coréen - Le Uigwe, qui étaient traditionnellement établis en plusieurs exemplaires, et les dépose en France à la Bibliothèque Nationale. 

Le début des relations diplomatiques date du 4 juin 1886, lorsqu’est signé un traité d’amitié, de commerce et de navigation entre la Corée et la France. L’année suivante, Victor Collin de PLANCY, premier représentant officiel de la France, prend ses fonctions à Séoul. Il y servira jusqu’en 1906, soit pendant une quinzaine d’années si l’on tient compte d’une interruption de séjour de cinq ans, pendant laquelle il est remplacé par Hyppolite FRANDIN (1890-95). 

Les effectifs de l’ambassade de France en Corée restent des plus modestes durant cette période, puisqu’ils se limitent à deux personnes : le chef de poste et un interprète, Maurice Courant, considéré aujourd’hui comme le père des études coréennes en France. 

Malheureusement, ces débuts prometteurs sont interrompus pendant plus de quarante ans (1906-49) par la perte de souveraineté de la Corée et les conséquences de la seconde guerre mondiale sur la Péninsule. Il n’y a donc aucun agent diplomatique français en Corée pendant toute cette période. 

Toutefois la France reste attentive au sort de la nation coréenne et accueille à Paris pendant un an, en 1919, une délégation du Gouvernement coréen en exil, qui s’était constitué en avril 1919 à Shanghai. 

L’ambassade est réouverte en 1949, et un nouveau chef de poste arrive en mars 1950, mais il est fait prisonnier au mois de juillet et déporté en Corée du Nord pendant trois ans (juillet 1950-mai 1953). Il en reviendra affaibli mais poursuivra néanmoins sa carrière diplomatique, notamment en Afghanistan dans des circonstances également dramatiques. Lorsque revient un ambassadeur de France à Séoul en 1954, présence qui n’a plus été interrompue depuis, les relations diplomatiques franco-coréennes n’ont été effectives que durant une vingtaine d’années. 

Les relations humaines, au-delà de quelques individus, remontent en fait à la guerre de Corée (1950-1953). Alors seulement, des milliers de Français découvrent la Corée, dans des circonstances tragiques qui mettent en valeur le courage et l’énergie du peuple coréen. Chaque année, pendant trois ans, un millier de volontaires français du Bataillon de l’ONU viendront combattre sous le commandement du légendaire Général MONCLAR, au sein du 23ème régiment de la 2ème division d’infanterie américaine. Il convient de noter que celle-ci est la seule division de l’armée américaine jamais créée en dehors du territoire des Etats-Unis, en l’occurrence en France en 1917. Au total, 3 200 volontaires français, pour la plupart issus de la Résistance et des Forces Françaises Libres, viendront en Corée pendant la guerre et 270, près d’un sur dix, y seront tués. 

Plusieurs monuments témoignent de cet épisode de l’histoire militaire : le monument aux morts du Bataillon français à Suwon, où il était stationné, la stèle installée en 2007 au sein du carré français du cimetière des Nations Unies à Busan, un monument dédié au Commandant médecin Jean-Louis, tué en portant secours à un blessé coréen à l’est de Hongcheon, et la plaque commémorative au Mémorial de la guerre à Séoul. 

De la guerre de Corée date ainsi le premier contact entre de nombreux ressortissants des deux pays. Jamais auparavant, autant de Français et de Coréens ne s’étaient rencontrés. Jamais non plus on n’avait autant parlé de la Corée en France, au-delà d’un cercle de spécialistes. C’est seulement en 2002, à l’occasion de la Coupe du Monde de football, qu’il y a eu plus de Français en Corée (6 à 7000) que durant toute la guerre. Mais c’est évidemment une Corée très différente de celle d’alors, et une toute autre atmosphère, de jeu et de plaisir partagé, qu’ont découverte les Français. 

La célébration en 2016 du 130ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays a en outre été l’occasion pour le grand public d’approfondir sa connaissance du pays partenaire grâce à une série d’événements phares organisés tant en France qu’en Corée dans le domaine des arts et de la culture comme de la science et des hautes technologies. Cette richesse et cette diversité culturelles, enracinées dans le passé propre à chacune des deux nations, constituent un atout pour le développement présent et à venir de nos relations. 

Bien après l’établissement des relations diplomatiques (1886), et après le premier développement substantiel des échanges franco-coréens consécutifs à la guerre de Corée (1950-1953), une chercheuse coréenne a travaillé pendant plusieurs années à la Bibliothèque Nationale de France sur ces archives. Elle pense que certains volumes sont uniques, les autres copies de ces volumes en Corée ayant été perdues ou détruites. L’idée d’obtenir le retour des archives naît alors. Ces 297 livres recensent les rites royaux, observés par la dynastie de Joseon, qui régna sur la ­péninsule du XIVe siècle jusqu’à à la ­colonisation japonaise, en 1910. Une fonction fondamentale dans une ­monarchie confucéenne où l’équilibre politique passe par le respect des rites ancestraux. 

Des négociations sont entreprises dès les années 1990, elles dureront jusqu’en 2010 et l’annonce par le président Nicolas SARKOZY la fin d’un contentieux vieux de 164 ans, qui empoi­sonnait les relations diplomatiques entre la France et la Corée du Sud. Le président français a annoncé la restitution des archives royales coréennes à l’issue du sommet du G20 qui s’est tenu à Séoul. Le président français a promis à son ­homologue, LEE Myung-bak, de retourner sous la forme d’un prêt renouvelable de cinq ans les livres qui avaient été pillés par la marine de Napoléon III en 1866. « Le temps est venu de régler cette question. Je sais que ces archives font partie de l’héritage culturel coréen », a déclaré Nicolas SARKOZY. 

La fin du contentieux sur les archives royales a donné un nouvel élan à la relation bilatérale. Monsieur SARKOZY a rencontré le président coréen en marge du sommet du G20 à Séoul en novembre 2010. L’année suivante, c’est Monsieur LEE Myung-bak qui s’est rendu à Paris à la même période. La même année, en octobre 2011, le premier ministre, Monsieur François FILLON, s’est rendu en visite officielle à Séoul, où il a rencontre son homologue et le président coréens. 

Depuis l’élection de Monsieur François HOLLANDE à la présidence française, les ministres des Affaires étrangères des deux pays se sont rencontrés en marge du sommet du G20 à Los Cabos, en juin 2012. Les ministres de la Défense avaient eu quelques jours auparavant des discussions à Singapour, en marge du "Shangri-la dialogue", sur la sécurité en Asie. 

Madame Geneviève FIORASO, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a représenté le Président HOLLANDE à la cérémonie d’investiture de Madame PARK Geun-hye en février 2013. Cette visite a été suivie de celle de Madame Fleur PELLERIN, Ministre des Petites et Moyennes entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique, en mars 2013. Le Premier ministre français, Monsieur Jean-Marc AYRAULT, a effectué une visite de travail à Séoul le 25 juillet 2013 au cours de laquelle il a notamment rencontre la Présidente, Madame PARK, et son homologue, Monsieur CHUNG Hong-won. Madame PARK est, quant à elle, prévue en France en novembre de cette même année.